Nuit des étoiles du RERS

  • rers-elne66.over-blog.com
Nuit des étoiles du RERS

La deuxième édition de la Nuit des étoiles du RERS a eu lieu le vendredi 5 août dernier.

Vous êtes quelques-uns à nous avoir retrouvé chez Noël pour partager ce moment de convivialité culturel.

Ci-dessous vous pourrez lire un compte-rendu réalisé par Wladimir, intervenant bénévole sur la soirée.

Au fil de l’eau 2016. L’Association française d’Astronomie détermine un thème sur lequel pendant tout le cours d’une année, la communauté française, européenne et mondiale peut se pencher. Ces thèmes sont longuement réfléchis et déterminés par les spécialistes astrophysiciens et aussi les humanistes. Il s’agit de penser d’abord à l’humanité et aussi aux sujets intrinsèquement liés que sont l’environnement, la préservation de la nature, les meilleures décisions à prendre dans le développement de l’industrie agro-alimentaire par le monde paysan et aussi l’industrie chimique mondiale qui influe sur les meilleures volontés de ceux qui nourrissent les populations. Ces thèmes sont des tentatives d’améliorer les choses dans la vie courante et aussi d’influencer les décideurs pour le bienfait des populations et aussi pour notre planète.

Ces mêmes thèmes sont amplifiés pendant les grandes réunions estivales annuelles désormais traditionnelles, pendant quelques jours aux environs de la plus grande pluie d’astéroïdes, des Perséïdes du mois d’août, qu’on appelle « Nuits des étoiles ». Cette manifestation se tient donc dans tout l’hexagone ainsi que dans d’autres endroits européens en été. L’instigateur de cette merveilleuse tradition est incontestablement l’astrophysicien Hubert Reeves qui parle à ceux qui viennent l’écouter, en pleine nuit, du ciel aux six milles étoiles scintillantes visibles à l’œil nu et aussi de tout l’univers. Cela se renouvelle depuis plus de vingt-cinq ans maintenant et la tradition est sur une voie proportionnelle à la « complexité croissante de l’expansion de l’univers ».

Le thème choisi pour 2016 a été : « au fil de l’eau » titre aussi bien poétique qui laisse songeur et rêveur mais d’une énorme signification scientifique. L’eau est l’élément primordial au développent de la vie avant tous les autres ingrédients qui l’ont précédés dans la réalisation de l’univers. Mais d’où vient l’eau, comment et quand l’eau est-elle apparue. Nous le savons maintenant, mais il faut regarder loin dans le passé, comment l’eau s’est réalisée dans le cosmos. L’eau était-elle déjà là juste après le Big Bang, bien sûr que non car depuis la singularité initiale il y a eu toute une évolution extrêmement lente et extrêmement rapide à la fois dans les premiers instants qui l’ont suivis à 10exp-43sec. Les scientifiques expliquent que l’évolution universelle s’est faite à partir de quelque chose d’extrêmement petit, bien plus petit que microscopique – un quark peut-être. En tout cas à partir de quelque chose que les scientifiques n’ont pas encore trouvé, une incommensurable explosion à partir d’une singularité initiale, un « rien ».

Un atome d’hydrogène contient, nous le savons depuis Ernest Rutherford un neutron et un proton et un électron qui gravite autour. Etrangement les neutrons se mettent à dominer la situation, et à chaque fois qu’un neutron vient s’ajouter, le processus s’enchaîne dans la nucléosynthèse, pour que se réalisent énormément d’autres atomes qui se combinent entre eux pour former des molécules à partir de la « mélasse ou soupe primordiale » après ce que les scientifiques appellent la grande inflation à 380,000 ans après le Big Bang. Le processus s’enclenche jusqu’aux molécules de plus en plus complexes, avec le temps. Mais au début, ce sont uniquement les atomes qui se créent à partir de l’atome le plus léger qui soit, pour s’alourdir dans la rapide évolution des neutrons qui viennent se combiner dans la nucléosynthèse : hydrogène, deutérium, hélium, lithium, béryllium, bore, oxygène, azote etc. Donc les molécules les plus répandues dans le cosmos naissant sont composées par les atomes les plus répandus, c’est à dire l’hydrogène. En s’enrichissant, les molécules formeront des silicates pour les roches, les métaux, les gaz et l’eau sous forme de glace, le tout en très grandes quantités. Dans les premiers temps de sa réalisation, le cosmos était dense et extrêmement chaud, des milliards de degrés à l’origine, puis des millions de degrés, et s’est refroidi à 3000°k degrés. Au cours de son expansion le cosmos a continuellement refroidi jusqu’à atteindre –273° (2,7K) de nos jours. Suivent donc l’expansion et le refroidissement de cette mélasse qui se transforme et se disperse en nuages très denses de particules diverses qui explosent dans tous les sens de la géographie cosmique et s’agglomèrent. La gravitation s’opère à l’intérieur de ces nuages et des accrétions se réalisent pendant encore huit milliards d’années. Des masses de plus en plus imposantes s’écrasent sur elles mêmes déjà, en créant les trous noirs qui les engorgent et les enfouissent comme pour les rendre au big bang. Les amas galactiques se forment et se regroupent en superamas galactiques encore désordonnés à l’intérieur desquels continue l’accrétion formant d’abord de grosses étoiles jusqu’aux petites. Autour de l’étoile gravitent encore disparates des résidus des nuages galactiques, de gaz, de silicates et de métaux. A l’hydrogène primaire viennent s’ajouter en énormes quantités d’autres gaz qui se sont réalisés dans la nucléosynthèse, jusqu’à l’obtention de l’oxygène.

Autour de l’étoile toute jeune gravitent des éléments lourds et aussi de la glace entachée de poussière galactique. Les éléments les plus lourds s’agglomèrent à l'intérieur des systèmes stellaires et se forment les planètes qui gravitent autour de leur étoile. Le tout gravitant dans le cosmos expansif dans un équilibre d’une parfaite horlogerie qui s’est stabilisée avec le temps. Il y a de cela quatre milliards et cinq cents millions d’années, la Terre et les planètes du système solaire se sont réalisées par le détachement d’énormes quantités de matières encore incandescentes dans la Galaxie qui se sont agglomérées par accrétion. Un autre morceau de planète ayant percuté la nôtre a formé la Lune. Des planètes proches de leur étoile aux températures extrêmes, comme Mercure 800° à sa surface ou Vénus 450°, d’autres sont plus éloignées comme Mars juste avant la Ceinture d’astéroïdes à des températures de –150° et bien moins encore comme celle qu’on ne considère plus comme faisant partie du système solaire Pluton –400°. Entre ces extrêmes, une planète qui nous est particulièrement connue, notre Terre est à bonne distance, ni trop loin, ni trop près de son étoile pour que s’y développât la vie, celle du début et celle que nous connaissons de nos jours.

L’eau est présente dans le cosmos sous deux aspects. Celui des comètes et aussi celui des gaz hydrogène et oxygène. Les scientifiques n’excluent pas que les comètes auraient pu apporter des bactéries venues d’autre part du cosmos pour essaimer la Terre et ainsi créer la vie sous toutes les formes que nous connaissons et d’autres qui ont existé avant notre ère.

La vie a commencé à apparaître par la combinaison chimique de tous les éléments présents qui ont créé les premières cellules et des bactéries mono-cellulaires. A partir de là s’est organisée toute l’évolution de la vie. Des bactéries aux micro-organismes marins, les micro-organismes terrestres, les extrèmophiles, les petits et grands reptiles, les animaux petits d’abord jusqu’à très grands par la suite. S’il n’y avait pas eu d’eau sur Terre rien n’aurait été possible. Il y a aussi cette autre possibilité que les scientifiques avancent, c’est celle de la vie qui serait apportée du cosmos, par de gros astéroïdes, des comètes gorgées de glace, qui fondues en eau auraient transporté des bactéries et même des micro-organismes. Là aussi l’on pourrait se poser la question légitime : « Et les comètes où ont-elles capturé des formes de vie. A quel endroit ont-elles été pêcher ce ferment de vie dans son état le plus primaire pour que se réalise le plus complexe, l’Homme ». Mais cela est déjà une autre histoire.

L’eau dans les océans et les mers viendrait des comètes échouées du cosmos. Les comètes grosses et en grandes quantités essaimaient l’espace. Elles étaient formées de glaces qui s’était réalisée et qui continuent encore à se réaliser par la combinaison d’énormes quantités d’hydrogène combinées à d’énormes quantités d’oxygène depuis des milliards d’années après la grande inflation. Tout comme les accrétions de matières, les gaz se sont combinés en h2o. Qui n’a pas vu en classe de physique-chimie les tubes d’essai d’hydrogène (2) mélangés aux tubes d’oxygène faire un petit « pouf » et laisser une goutte d’eau.

A partir de l’évaporation des eaux des océans et des mers se forment les nuages qui en refroidissant s’agglomèrent et font la pluie, la neige et la grêle. L’eau tombe sur les montagnes, les plaines, les grandes étendues, les villes et aussi retombe dans les océans et les mers. L’eau remplit les lacs, les rivières, les étangs. Des flaques l’eau déborde dans les champs et les terres puis s’infiltre dans les couches de sable et de la terre et se réalisent les nappes phréatiques jusqu’à des rivières souterraines. Toutes les eaux affluent aux fleuves qui se déversent dans les lacs, les mers et les océans. Les nappes phréatiques profondes sont source d’eau potable, tout comme les sources des collines et des montagnes. L’eau est pure.

Par infiltration la terre retient les éléments les plus polluants, mais à saturation la filtration devient défaillante. Les produits chimiques sont les pires dangers pour l’organisme humain et pour tout ce qui vit. L’eau est essentielle à la vie.

L’eau contenue dans le corps humain représente 70% par rapport à tous les éléments chimiques qu’il contient.

Une étrange comparaison subséquente aux quantités visibles des mers et des océans de notre planète par rapport à celle contenue dans le corps humain. Nous savons que la Terre émergée représente les deux cinquième de la totalité de la surface terrestre – comme la quantité d’eau que contient notre corps, trois cinquième de son volume. La nature a fait les choses presque comme symbolique. Nous faisons partie de la Terre et des océans comme nous faisons partie de l’univers – chacune de nos molécules chimiques est commune à toutes les molécules du cosmos.

Il faut bien entendu tout faire pour protéger l’eau, la respecter, l’utiliser à bon escient, en profiter – nager dans les océans, les mers, les rivières, les lacs et les piscines. La protéger de la pollution en la filtrant et en respectant les consignes d’économie et de propreté. Ne jamais laisser un robinet ouvert et laisser couler l’eau pour rien. Economiser l’utilisation de l’eau, car le traitement de l’eau est très onéreux et il faut en laisser profiter tout le monde.

L’eau doit être accessible à tous les habitants de notre planète, il s’agit d’un droit fondamental de l’être humain.

Tout faire pour éviter la pollution qui a un impact immédiat sur notre santé et notre mode de vie. Les plantes et les fleurs qu’on aime tant, nos jardins, nos amis les animaux domestiques, les animaux en général, la faune sauvage, l’être humain, sans eau rien n’est possible.

Sachant que notre corps détient un quotient équivalent à celui des terres émergées et des océans c’est à dire 3/5ème d’eau, surtout les enfants et les personnes âgées doivent consommer plus d’un litre et demi d’eau par jour. Surtout de ne jamais oublier qu’il faut en consommer même davantage en période de grande chaleur en été, comme cela arrive de plus en plus fréquemment. .


Puis observation du ciel:

Saturne quelques degrés au-dessus et cinq degrés plus bas Mars splendide avec Antarès en-dessous. Jupiter venait de se coucher à l’ouest et le ciel fût magnifique avec ses étoiles stars des nuits du mois d’août. Vega de la Lyre, Deneb du Cygne et Altaïr de l’aigle – la Grande ourse et la petite, Polaris plein Nord et à l’ouest à cinquante degrés Arcturus aussi orangée que Mars. A gauche ouest sud-ouest la Couronne boréale que Bacchus, qui avait bien picolé avait lancée de l’autre côté de l’univers, il avait eu ce geste pour prouver sa divinité, le tout parmi 3000 étoiles visibles à l’œil nu, les yeux les meilleurs peuvent en voir 6000.

Nuit des étoiles du RERSNuit des étoiles du RERS
Nuit des étoiles du RERS
Nuit des étoiles du RERSNuit des étoiles du RERS
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog